Ecrire, traduire – Corinne Atlan [Vidéo]

 

La vidéo « ConféRémanence »

Cette vidéo contient des extraits de l’échange avec Corinne Atlan, organisé par Rémanence des mots [ConféRémanence] le jeudi 22 novembre au Studio Austreales. Cette vidéo ne rend pas compte avec exactitude de la réflexion de Corinne Atlan sur le sujet de la traduction.  C’est volontairement parcellaire, parce qu’une vidéo ne saurait rendre compte de cette énergie, de ce moment particulier du 22 novembre. Il s’agit d’une sélection subjective des paroles partagées dans la spontanéité. La vocation de cette vidéo est d’ouvrir des questions sur la traduction et sa part créative, l’écriture et son rapport à la traduction.

Traducteur, « voyageur immobile »

Pour présenter son activité de traductrice [du japonais vers le français], Corinne Atlan s’est présentée comme un « voyageur immobile », toujours sur le fil du rasoir. Voyageur immobile parce qu’elle transpose une langue dans une autre, crée des passerelles entre deux cultures, « entre deux mondes ». Sur le fil du rasoir, parce qu’il est difficile de percevoir ce que veut dire l’auteur et le transmettre, toute traduction engageant une perte et un ajout. D’ailleurs, Corinne Atlan l’a rappelé en citant Walter Benjamin :

« Le rapport de la teneur au langage est tout à fait différent dans 

« Le rapport de la teneur au langage est tout à fait différent dans l’original et dans la traduction. […] Si, dans l’original, teneur et langage forment une certaine unité comparable à celle du fruit et de sa peau, le langage de la traduction enveloppe sa teneur comme un manteau royal aux larges plis. » – Walter Benjamin, « La tâche du traducteur »

⇨ Pour approfondir la question de la traduction, lire Entre deux mondes de Corinne Atlan

⇨ Pour découvrir d’autres auteurs qui questionnent la traduction : Yoko Tawada

4 commentaires sur « Ecrire, traduire – Corinne Atlan [Vidéo] »

Laisser un commentaire