Histoire du poil Gérard par Marie Calmong

Histoire du poil Gérard  (créé en week-end thématique)

Bonjour tout le monde, moi c’est Gérard. Pas Gérard le gros bonhomme lourdaud et rougeaud, que vous imaginez, non ! Moi c’est Gérard l’élancé, le blond, le discret. Je suis là. Je suis né là. J’ai choisi de naitre là. 

Dans la nuque de Sophie. 

Je l’aime ma petite Fifi.

Ma princesse.

Je sais que les autres n’envient pas ma place. Les autres, là, qui traînent en bande. En bande de gros, de mauvais, toujours une idée derrière la tête. Y en a même qui s’amusent à ne faire que presque sortir ! Et ce n’est même pas parce qu’ils préfèrent se tourner les pouces en dessous, non c’est juste parce que ça les éclate de retrouver l’air dans la douleur de Sophie. 

Ma petite Fifi, mon petit trésor de joliesse, obligée de se pincer la peau pour que ces guignols retrouvent leur liberté dans un jaillissement de sang, et même, parfois, c’est vert. 

Non moi, ils pensent m’avoir exclu là-haut, dans la nuque de Sophie. 

Mais ils croient que quoi ? 

Que je suis pas bien là-haut tout seul. 

Que je suis un loupé génétique.

Que c’est pas moi qui l’ai voulue cette place ?

Moi je suis aux premières loges quand Sophie se regarde dans le miroir. Quand elle nous cherche tous, mais que, moi, elle me trouve pas. Je suis là. Je la regarde. 

Je la vois, quand elle se lève du pied gauche et qu’elle n’est pas satisfaite de l’image matinale qu’elle renvoie. 

Je la vois quand elle se prépare pour ses amoureux. 

Parfois elle se prépare si bien, qu’elle me voit ! 

Je sais qu’elle ne m’aime pas trop, mais moi je m’en fous.

Elle changera. Et c’est pas en doux rêveur que je vous dis ça. Non. Moi je suis Gérard et j’ai la tête sur les épaules. Et je sais qu’un jour, Sophie, elle m’aimera. Elle ne fera plus la grimace quand elle me verra. Elle ne me tirera plus dessus. Non je serai son rassurant. Son toujours là. Son doux et long blond Gérard.


— Marie Calmong (participante « à la carte » et « week-end thématique »)

Laisser un commentaire