LA CHAÎNE DU LIVRE – Produire un livre [5]

1. Graphiste – Maquettiste

Dans la chaîne du livre, mettre en forme l’œuvre finie c’est la mettre en valeur en soignant son apparence : le visuel, le format, le papier… Ces choix sont réalisés en accord avec ligne éditoriale et l’identité visuelle choisies par l’éditeur et l’auteur. 

printing-house-La chaîne du livre - produire

Le graphiste est un professionnel des arts graphiques : Il fait les choix visuels, communique un message à l’aide de formes graphiques et est dessinateur. 

Le maquettiste a pour spécialité l’élaboration et la conception des imprimés, la mise en page et le respect des spécificités typographiques (régentées par l’Imprimerie Nationale). Qu’ils soient salariés d’une maison d’édition ou indépendants, les graphistes et maquettistes composent l’ouvrage dans son ensemble. Ce travail s’effectue en collaboration avec l’auteur et la maison d’édition. Il contribue grandement à l’image, et, par la suite à la réussite commerciale d’une œuvre. En effet, la couverture est déterminante pour se distinguer des milliers d’autres ouvrages qui sortent chaque année. 

Ce(s) métier(s) nécessite(nt) une véritable sensibilité artistique, une technique élaborée, une connaissance des règles et une exigence de mise en page, de typographique…

2. L’imprimeur 

Imprimerie - La chaîne du livre - produire

La deuxième étape de production d’un livre est donc de l’imprimer. Il s’agit de respecter le cahier des charges, c’est-à-dire : les délais de production, les coûts, la logistique…

Après les multiples travaux du relecteur et du graphiste-maquettiste, on retire un fichier informatique qui ne demande plus que la validation de l’éditeur, appelé « Bon à tirer ». Cette action effectuée, le fichier est transmis à l’imprimeur qui va contrôler le fichier, préparer le calage et réglage de la presse. L’impression s’effectue sur des feuilles de grand format nommées « cahiers » et contiennent de 8 à 96 pages selon la machine d’impression. Le façonnage opéré par le relieur consiste à plier, assembler et coller à la couverture les tirages sortis de l’imprimerie. L’impression et le façonnage terminés, les livres sont finis et expédiés à l’éditeur/diffuseur. 

L’impression numérique offre de nouvelles solutions aux imprimeurs, maisons d’éditions et distributeurs comme l’impression à la demande qui permet d’imprimer rapidement avec un coût raisonnable. Cela a l’avantage de réduire les sotcks de livres imprimés. On obtient ainsi une réduction du gâchis et des déchets chimiques, optimise les flux et les délais, tout en répondant aux nouvelles exigences de flexibilité et rapidité.

Imprimerie old school - La chaîne du livre - produire

Quelques chiffres :

La production est en constante expansion. De 1995 à 2012, le nombre de titres à presque doublé, passant de 43 000 à 86 300 (source : SNE). Mais selon les domaines éditoriaux (bande-dessinée, littérature, dictionnaire, théâtre-poésie…), le nombre de tirages est très inégal. Par exemple, les dictionnaires représentent presque la moitié du flot d’impressions total. 

À lire : 

8 commentaires sur « LA CHAÎNE DU LIVRE – Produire un livre [5] »

Laisser un commentaire