Le Douanier Rousseau

Le Douanier Rousseau, variations

Chaque jeudi, Rémanence des mots propose un défi sur sa page Facebook : Une image, une phrase ! Nous proposons une image et vous invitons à écrire une phrase (de la plus courte phrase à la plus longue) à partir de l’image (du plus près au plus loin). Trois farfelus ont joué le jeu cette semaine, avec Le Douanier Rousseau, pour le plus grand plaisir poétique : Yann, Céline et Christine. Effet psychédélique et… positif garantis, mais peut-être pas dans le bon ordre.  Tout le monde est invité à compléter la page… 

Le Douanier Rousseau / henri_rousseau_le_reve_1910_detail

« Ah, te voilà, le culturiste anti communiste, j’ai l’impression que de te retrouver devant « The eye of the tiger » en vrai, au terme d’une chute d’hélicoptère, te fais éprouver la vulnérabilité, et je ne peux, nous ne pouvons même pas dire que tu trembles comme une feuille ; regarde, elles, elles ne tremblent pas, s’est entendu dire Rambo, rampant sous les plantes et la honte, Icare égaré dans la fange maternelle accueillante et exigeante. »

-–– Yann Doumeix


Oser

On leur avait pourtant dit que s’ils poursuivaient leur chemin, ils ne cesseraient jamais d’être surpris, mais malgré nos multiples mises en garde, chaque jour qui se présentait à eux se révélait inédit et les laissait ébahis.

––– Céline


J’avais pris cinq quaaludes et c’était au moins quatre de trop, mais le taudis qui me servait de chambre s’est sacrément mis à fleurir et en moins de temps qu’il en faut pour les noyer dans la gnôle, c’est toute une jungle qu’avait poussé sur ma moquette et repoussé les quatre murs de ma piaule et y avait plus qu’à renifler un grand coup pour suivre à la trace cette putain de gazelle qui s’était cachée derrière un baobab, mais crois-moi mec, j’avais une dalle de chacal, la salive plein les crocs, le flair aiguisé comme une lame de machette et j’allais pas la laisser filer entre les fougères l’antilope aux yeux de biche. 

––– Christine Rogala

-> Pour lire d’autres textes d’atelier 

2 commentaires sur « Le Douanier Rousseau »

Laisser un commentaire