Le Rap de Carole Pelé

Le Rap de Carole Pelé, participante Rémanence !

Écrire des textes de chanson RAP

Le Rap de Carole Pelé - Photographie 1
Photographie : Clara Champsaur Carole Pelé © tous droits réservés

Carole Pelé, en parallèle de sa formation aux Beaux-Arts de Paris a, notamment – notamment parce qu’elle est très active et créative –, suivi un Lab’ pour préparer un projet d’écriture. Aujourd’hui, son album de musique RAP « Premier EP » est sur le devant de la scène ! Elle écrit ses textes en cherchant une langue qui se rapproche de sa langue parlée : son rythme, ses pauses, ses silences, ses répétitions, ses familiarités et… son authenticité. 

 

 

 

L’écriture et… les autres arts !

Carole Pelé, dans Premier EP, a une démarche artistique complète. Elle s’entoure d’une équipe talentueuse et convoque musique, chant, vidéo, photo, arts-plastiques, chorégraphie, performance scénique. Elle nous invite dans l’intimité de son univers. 

« Je vois la musique en tant que plasticienne. Ma démarche est totale : il faut des clés de lecture. Quand on les a, on comprend les choses. » – Interview de Carole Pelé par General Pop

R à raconter, Rien à cacher

Le Rap de Carole Pelé - illustration Bien sûr Rémanence – qui donne de l’R et de la RécRéation – aime particulièrement le titre de cette chanson ! Mais son caractère méta-littéraire, c’est-à-dire qui interroge le processus créatif au sein de sa création, fait évidemment écho aux participants et autres stagiaires de Rémanence des mots. Ce sont ses intentions littéraires qu’elle expose : « J’ai pas de refrain / J’ai rien à vous raconter ».

Et puis, la difficulté d’écrire, le rapport à la page blanche : 

« Stylo compulsif, c’est maintenant ou jamais / J’devrais pouvoir écrire mais j’ai trop la gorge qui sèche / Carole saute dans le trou noir, c’est maintenant ou jamais » – Carole Pelé © tous droits réservés

Carole Pelé écrit à partir de sa vie. Elle cherche à inviter le public sans son intimité, sans que la pudeur ne vienne la freiner. Pour autant, elle n’entre pas dans l’analyse de ses actes. Au contraire, on a plutôt la sensation de suivre un flux de conscience (la voix intérieure qui s’exprime), à suivre les coq à l’âne, les associations de pensée, les sensations. C’est ce qui nous offre l’accès à son intimité et nous rapproche de son intériorité.

Clip R à Raconter

 

Style d’écriture : une voix, un parlé

« J’écris comme je parle, au discours direct et en prose. » – Interview de Carole Pelé par Marie-Gaëtane Anton

Son écriture est automatique, sans réécriture, sans réajustement. Carole Pelé met le brouillon à l’honneur en respectant la spontanéité du premier jet. Evidemment, cela ne signifie pas de travail. Car parvenir à l’état de transe créative de l’écriture automatique correspond au prolongement d’une recherche artistique qui nécessite par des mises en condition.

Le Rap de Carole Pelé - Photograhie 2
Carole Pelé
© tous droits réservés

Le but de Carole Pelé est de traduire son intériorité : ses sentiments, ses émotions, ses expériences, ses sensations. Cela aboutit à un langage de l’immédiateté proche de sa voix à l’oral. Elle n’hésite pas à expérimenter et résister au format de la chanson avec refrain ou de la rime systématique. Elle dit d’ailleurs écrire dans l’urgence ; la nécessité guide son geste stylistique. C’est instinctif et communicatif !

L’écriture de mère en fille ou de fille en mère

Pour la fête des mères, Carole Pelé a mis à l’honneur Jocelyne, sa maman, dans un clip. C’est un très beau geste de tendresse qui illustre leur complicité, mais aussi leur goût commun pour l’écriture. En effet, Jocelyne suit des ateliers Lab’ à Rémanence des mots. Elle a d’ailleurs publié une nouvelle dans le Magazine Littéraire Quinzaine et obtenu un Prix organisé par le Département de l’Essonne. Pour l’anecdote, c’est après Carole que Jocelyne a rejoint les ateliers. Qui de la poule ou l’oeuf ? Peu importe quand un clip génère une telle harmonie !

Clip « Biget » avec Jocelyne Pelé

Suivre Carole Pelé
► Musique  
► Instagram  

Découvrir Jocelyne Pelé  
Clip R à Raconter Réalisation : Carole Pelé / Anouk Maugein
Mise en scène Direction générale : Jean-Philippe Brayé
Chorégraphie : Joël Beauvois
Image   
Direction de la photographie : Maxime Sabin
Photographie plateau : Alice Mouchard
Vidéo making of : Samuel Uzan
Son : Jonathan Ratovoarisoa
Décoration
Scénographie : Elena Lebrun
Caractère typographique : Acelor, Florian Pentsch
Photographie poster : Camille Pautasso
Photographie mamie : Margaux Stypak
Stylisme : Eva Chalvesche
Assistante : Juliette Deloras-Billot
Maquillage / coiffure : Aurore Gaulier
Postproduction  
Montage image : Assia Piqueras
Montage son / mixage : Clovis Lima
Étalonnage : Florine Bel
Graphisme : Lucie Pophillat
Identité graphique :  Florian Pentsch
Clip BIGET : Directrice artistique : Carole Pelé / Réalisatrice : Anouk Maugein / Metteur en scène : Jean-Phi Brayé / Directeur de la photographie : Maxime Sabin / Première assistante caméra : Vanille Davy / Chef électricien : Titouan Deniaud / Photographe plateau : Maxime Desoubry / Vidéaste making of : CAM Production / Ingénieur prise de son : Robin Schneider / Ingénieur.e son mixage / mastering : Robin Schneider / Clémentine Brien / Scénographe : Elena Lebrun / Styliste : Eva Chalvesche / Maquilleuse / coiffeuse : Aurore Gaulier Makeup Artist / Monteuse image : Assia Piqueras / Étalonneuse : Florine Bel / Graphiste : Lucie Phllt 

Musique : autrice-interprète : Carole Pelé / compositeur : Jonathan Granjon / Ingénieur son mixage : Clement Baysse / Ingénieur son mastering : Eric Chevet (Masterdisk Europe)

Laisser un commentaire