MICRO-FICTIONS tranchantes

MICRO-FICTIONS tranchantes

Dans le cadre de l’atelier à la carte « Fictions & variations » animé par Lucie Rico, des micro-fictions sont nées. En voici deux versions de Blanche Jumel.

LA VIE D’UN TAILLE CRAYON

MICRO-FICTIONS tranchantes - taille crayon

Je suis un taille crayon. Je taille donc des crayons. Des crayons noirs, à pointe dure ou à pointe tendre. Du H, HB, B, 2B. Des crayons de couleur. J’aime bien tailler les crayons de couleur. Ça change. J’aime le jaune, surtout le jaune d’or, l’orange dynamique, le vert tendre et le rose bonbon.

Et puis un jour, j’ai taillé un doigt. Oui, un vrai doigt ! C’était le doigt de Nicolas, trois ans et demi. Il a sûrement voulu tester l’efficacité de ma lame. Je lui ai bien taillé son ongle et un bout du bout de son doigt. Il a hurlé, le pauvre. Et je me suis retrouvé tout taché. Le sang, ça colle, ça durcit et ça m’a rouillé ma belle lame. Du coup, je ne taille plus aussi bien.

Nicolas se méfie de moi à présent, il utilise des feutres pour ses dessins. Il n’y a plus grand monde qui s’intéresse à moi. Pour être franc, il n’y a plus personne. Je déprime au fond du tiroir dans le noir. Ma seule compagnie ce sont les crayons de couleur à la mine cassée.


DANS LA CUISINE

Dans la cuisine, sur le plan de travail encombré, je m’applique à couper en parts fines et égales, des tranches de tofu fumé façon saumon.

Ma sœur Olga pénètre dans la pièce et brise, de sa simple présence, toute ma concentration, mon bonheur d’être seule et ma sérénité.

Elle m’inonde de conseils aussi inutiles que futiles. Elle me tourne autour comme une mouche excitée. Je lui dis d’aller voir ailleurs, que je sais très bien ce que je dois faire. Elle ne m’écoute pas, ne m’entend pas et continue son bavardage stérile et agaçant.

J’essaie, malgré tout, de rester calme. Je concentre mon attention sur la lame de mon couteau de Chef. La lumière se reflète dessus, me lance des éclairs, comme des appels dans les yeux.

Et tout à coup, n’y tenant plus, d’un geste assez gracieux, je me retourne vers elle, la lame en avant et lui plante dans le ventre, jusqu’à la garde, mon couteau barbouillé de tofu fumé.

Un commentaire sur « MICRO-FICTIONS tranchantes »

Laisser un commentaire