Quelques lignes d’atelier : Bettina

Ecrits nés lors du Café stylo « Les bruits de la ville »

Haïkus

Le temps passe 

et le livreur de pain 

sur son vélo vert


Le bruit s’estompe

la fille s’asseoit 

seule sur le banc


Fanette au balcon

les fleurs fanent

pétales perdus


Paris bruisse

Si fort que tendre aussi

D’amour carrefour

quelques lignes - couple

Mobilier urbain

L’homme lourd, sa bouteille à la main, se vautre sur le banc.

Le manège enchante et déchante au rythme des enfants qui l’escaladent sans ménagement pour les chevaux sauvages, enfin sauvages, plus tant que ça d’ailleurs.

Je passe mon ticket, tu passes ta carte, il repasse sa carte

Et toi, tourniquet, tu espères ne pas claquer

Mais pourtant…

– Bettina Kerstens Mesclon


► Ecrits issus de l’atelier à la carte Café stylo (jeudi 15h-18h) 
► Bettina Kerstens Mesclon a déjà publié un livre Forte toujours, iciPour lire d'autres textes

Un commentaire sur « Quelques lignes d’atelier : Bettina »

Laisser un commentaire