Temps, concordance : un enjeu narratif

La concordance des temps : grammaire ou narration ?

La concordance des temps consiste à adapter la conjugaison des verbes selon les modes et leur position dans la phrase. Ajuster les temps c’est également harmoniser les conjugaisons selon les différentes strates temporelles : marquer une antériorité, par exemple. La concordance des temps n’est pas seulement une question grammaticale réservée au relecteur-correcteur du manuscrit. A Rémanence, nous recommandons à l’auteur lui-même d’y être attentif. Pourquoi ? Parce que les repères temporels sont essentiels à l’appréhension d’un récit. Il s’agit d’identifier l’ordre des actions. La grammaire fixe des règles qui suivent une logique. Dans certains cas, l’auteur peut s’en affranchir. Mais attention, on ne s’affranchit que des règles que l’on connaît ! 

temps concordance - femme

La concordance des temps : impossible à maîtriser quand on est fâché avec la grammaire ?

Pas du tout ! Il est tout à fait possible de dégager une logique temporelle de son récit sans être expert en grammaire. Reconnaissons cependant que la grammaire peut représenter un véritable casse-tête. Alors, si vous ne maîtrisez pas très bien la conjugaison du passé simple et confondez subjonctif avec… un mode imaginaire, cela risque d’être carrément fautif et, non seulement ambigu, mais aussi plutôt « laid » à l’oreille. Un conseil, privilégiez le présent, l’imparfait et le passé composé. Vous pouvez créer une belle matière avec eux (cf. paragraphes suivants).

La concordance des temps, qu’est-ce que c’est ?

Toute histoire contient une succession chronologique dans l’une des trois époques : passé, présent ou avenir. Le récit, – manière de raconter une histoire –, va composer ces différentes strates de temps. Le cinéma (art du récit) nous a familiarisés à des effets qui rompent la chronologie : flash forward (prolepse en narratologie), flash-back (analepse). Ils existaient déjà dans la littérature, évidemment !

Attention, ce n’est pas parce que l’action prend source dans le passé qu’elle doit être racontée au passé ! Elle peut être racontée au présent et, pourquoi pas, au futur ? La question de la concordance des temps intervient pour distinguer les différents phénomènes d’antériorité. Il s’agit de souligner, avec l’aide de la conjugaison, une séparation des époques ou périodes. 

Concordance des temps, mode d’emploi !

Déterminons d’abord le « temps témoin » (comme nous l’appelons à Rémanence) ou « temps de narration ».  Le temps témoin, c’est le temps de l’action au moment où elle se déroule. Posez une caméra face à un chat ou un arbre et observez :

Action 1 – Le chat dort. 

Action 2 – Une ombre passe sur le chat qui dort (toujours).

Action 3 (= deux actions simultanées) – Le chat rêve de croquettes et de caresses. L’aiguille de la trotteuse s’arrête.

Action 4 – Le chat ouvre un œil.

Action 5 – Le chat ouvre son deuxième œil. 

Action 6 – Le chat se lève.

Action 7 – Le chat avance jusqu’à la gamelle. Elle est vide.

Temps témoin : Présent. 

Ca vous paraît simpliste ?Non, non, c’est juste un retour aux bases pour, ensuite, aborder complexité et subtilité. Bref, revenons-en au chat !

temps concordance - vbg

Concordance des temps, repères du présent

temps concordance - mac

Concordance des temps, le passé et ses subtilités

temps concordance - mll

Concordance (des temps), concluons

Respecter la concordance des temps, c’est s’inscrire dans la ligne temporelle du récit. En principe, on parle d’un temps dit « principal », temps du récit. C’est le fil conducteur. Dans certains cas cependant, on peut avoir un texte qui oscille entre deux périodes, deux moments, avec un temps principal pour chaque période, voire un temps principal différent pour le point de vue narratif d’un personnage spécifique.

Conseils de Rémanence des mots

Quand on aborde un récit, nous recommandons de se laisser guider par sa main. Après un premier jet de quelques paragraphes, on peut explorer son récit en essayant un autre temps témoin, une voix narrative différente. Ce sont deux questions essentielles parce qu’elles irriguent tout le projet littéraire. Pourtant, dans le cadre d’un projet, aucun écrit n’est définitif. C’est donc l’occasion d’expérimenter sur de petites portions écrites et ne pas s’enfermer dans un choix de départ. Au départ, on tâtonne et c’est moteur ! Lire à voix haute peut permettre d’identifier un problème de concordance des temps. Le récit doit couler de source pour l’auteur. Pour atteindre cet état, il faut un peu de travail, quand même.


Des ateliers d’écriture Rémanence des mots pour aborder ces questions ? En atelier d’écriture à la carte, elles peuvent être évoquées. Mais elles font l’objet d’un regard particulier lorsqu’il y a un projet littéraire en cours. Les ateliers en abonnement concernés sont :

Ateliers à distance [Sur mesure / Nouvelle pas à pas]

Lab’D comme « démarrer », Lab’A comme « approfondir », mercredi / jeudi 19 h (bimensuel)

« Ecritures brèves », mercredi 19 h (bimensuel)

« Ecritures de soi », jeudi 10h-13h (bimensuel)

2 commentaires sur « Temps, concordance : un enjeu narratif »

  1. Merci Mathilde pour cette information et précision des temps. Subtile remise en route à l’approche de la rentrée. 👍
    F-E

Laisser un commentaire