Atelier d’écriture : le travail

On recrute domaine de la fiction week-end d'écriture 4 & 5 mars 2023

Et si vous preniez le travail et le transformiez en objet littéraire… Le week-end d’écriture (4 & 5 mars 2023) d’Elise Goldberg vous propose d’explorer ce thème, en détourner les usages et découvrir ses ressources linguistiques et narratives ! Puisez dans vos souvenirs, ceux de votre entourage, rêvez-vous exploratrice ou inventeur et rendez les anecdotes croustillantes, les bons moments tendres et les mauvais moments pleins de suspense !

Lire plus

Mécanique des Nuits d’été, Thomas Flahaut

Les nuits d'été, Thomas Flahaut, Editions de l'Olivier

Roland Barthes, dans Le degré zéro de l’écriture, définit un style d’écriture qui se répand lors de la deuxième partie du XXe siècle. Il s’appuie sur  L’étranger d’Albert Camus pour élaborer son analyse théorique. Il associe cette écriture à une voix « blanche », qui n’aurait pas d’intonation. Elle est, selon Roland Barthes : « plate », « atonale », « transparente ». Elle relèverait d’une « absence idéale de style ». Cette écriture littéraire pourrait être approchée d’une écriture fonctionnelle qui écarterait l’émotion et l’image abstraite.

Lire plus

GPS

GPS Lucie Rico POL roman homme lisant sur la plage

Avec son second roman GPS, Lucie Rico (complice de Rémanence des mots), publie chez POL une fiction brève qui déroute. Rien qu’à lire la couverture et ses rares lettres bleues sur blanc caractéristiques, on est « sommé » de tourner les pages ! Le livre, objet physique, devient sous les coups de clavier de Lucie, un Smartphone turbulent.

La cartographie qu’il dessine brise les frontières et le labyrinthe dans lequel le personnage d’Ariane navigue —  et est piégé — appartient à l’espace virtuel d’Internet. Un roman qui nous fait tanguer entre réalité et imaginaire…

Lire plus

Deux morts plus loin

Son récit policier prend source en 1964 à Lyon après la découverte de deux cadavres dans une prison, l’un ayant assassiné l’autre. C’est un journaliste languissant qui mène l’enquête et plongera dans le passé à travers un journal intime datant de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Lire plus

Formes d’écritures de soi

Ce n’est pas parce qu’on écrit à partir de souvenirs de soi, que l’on n’a pas recours à la fiction. Louis Aragon présente la difficulté de l’écriture de soi, dans « Le Mentir-vrai » – la nouvelle du recueil éponyme. En effet, il évoque une nécessité de reconstituer, et donc de déformer pour traduire un effet de réel, une authenticité. Parce que les souvenirs et les écrits sont fragmentaires, leur montage devient un artifice littéraire au service d’un texte. 

Lire plus

Maupassant et troubles psychiques

Avec pour mentor Gustave Flaubert – Normand comme lui –, Guy de Maupassant fait ses débuts dans le journalisme et, pas à pas, dans la littérature. La relation qui se tisse entre les deux écrivains sera fructueuse pour Maupassant car il aura ainsi bénéficié d’un coaching littéraire privilégié, motivant mais sans concession

Lire plus

Rendors-toi tout va bien

Parce que l’on devine un drame, le rythme des scènes, des chapitres suit les remous intérieurs de chaque personnage qui se succède tout en dévoilant quelques indices progressivement. Selon le trouble, l’attention ou l’inattention des personnages, on accède plus ou moins facilement à l’intrigue. Mais ce qui compte, c’est de ressentir l’écoulement du temps pendant le décompte d’une journée, en contraste avec la scène d’ouverture qui n’est qu’urgence et danger. C’est à travers le rythme de ses phrases qu’Agnès Laurent marque le style de « Rendors-toi tout va bien ». 

Lire plus

Fenêtre ou couloir

Fenêtre ou couloir Nouvelles publiées de Claire Blanchard-Thomasset Rémanence des mots applaudit la publication à compte d’éditeur de Claire Blanchard-Thomasset pour ses nouvelles Fenêtre ou couloir, aux Editions QUADRATURE. Cette maison d’édition est spécialisée dans la publication de nouvelles, un format littéraire souvent boudé – à tort – par les maisons d’édition. Avec QUADRATURE, les […]

Lire plus