L’ÉQUIPE RÉMANENCE, LUCIE RICO

Lucie Rico !

Animatrice d’ateliers d’écriture à Rémanence des mots

Un parcours de formation…

Disparate !  J’ai commencé par une prépa littéraire, avant de faire une école de communication, le CELSA. A 28 ans, j’ai repris mes études et renoué avec la littérature en m’inscrivant au master de création littéraire de Paris 8, qui a été très précieux pour moi.  Pour la première fois, j’avais l’impression d’avoir vraiment choisi ma voie.

L’ÉQUIPE RÉMANENCE, LUCIE RICO

Comment es-tu allée vers l’écriture ?

L’amour des histoires. Mes parents m’ont toujours lu beaucoup d’histoires, et j’ai toujours aimé en raconter. Mes premiers souvenirs de lecture ce sont les bandes-dessinées, que je dévorais. Les Sillage, toutes les BD de l’Association… C’est ça qui m’a donné mon amour de la lecture. Et plus je lisais, plus j’avais envie d’écrire mes propres histoires.

 

Une technique d’écriture ?

Je ne pense pas qu’il y ait une technique d’écriture qui puisse s’enseigner et qui soit la même pour tous. Par contre, je pense que pour développer son écriture, il faut apprendre à se connaître, à savoir quels sont ses tics, ses automatismes et apprendre à les déjouer, à devenir lecteur de son propre texte. Et cela, pour moi, ça passe par l’entraînement et la confrontation aux autres.

Comment pratiques-tu l’écriture ?

J’écris des scénarios et des romans. J’écris tous les jours, sur des cahiers, mon ordinateur ou mon téléphone portable. Je suis incapable de mener un seul projet à la fois, en ce moment j’en ai quatre, très différents : un roman et trois scénarios. Mener ces projets dans le même temps me permet de prendre du recul sur chacun, d’avancer en parallèle sans m’étouffer et me retrouver bloquée. Si différents soient-ils, j’ai l’impression que tous mes projets se nourrissent l’un l’autre.

Un… des projets ?

Je viens de terminer un court-métrage, Plein Noir,qui parle de trois amis confrontés à la perte du soleil : Un jour le soleil s’éteint, et la nuit s’éternise. C’est un projet co-écrit et co-réalisé avec Marine Louvet, qui m’a pris beaucoup d’énergie, et que je suis fière d’avoir terminé. Je suis également en train de terminer mon premier roman, Le Chant du poulet sous vide, développé pendant les deux ans du Master de Création Littéraire. Il traite d’une fermière qui écrit des biographies de poulet pour leur rendre hommage. J’espère pouvoir l’achever d’ici septembre.

L’ÉQUIPE RÉMANENCE, LUCIE RICO

Qu’est-ce qui t’inspire ?

D’écrire ! Plus j’écris, plus les idées et les mots arrivent.  

Comment conçois-tu un atelier d’écriture ?

Comme pour les scénarios ou les romans, le point de départ c’est une idée que je propose d’explorer à plusieurs. On tire cette idée dans tous les sens jusqu’à arriver à la transformer en une forme littéraire.Pour moi, pour cet exercice, il est essentiel d’être très présent, à l’écoute, honnête et bienveillant.

Un auteur fétiche ?

J’en ai beaucoup. En ce moment, Roberto Bolaño, Les détectives sauvages.

Comment développer un projet littéraire ?

L’envie d’en découdre !

 

Lucie Rico anime : Fictions & Variations le mardi de 19 h à 21 h

Portes ouvertes : lundi 10 et mardi 11 septembre (18 h 30 ou 20 h)

Inscriptions : info@remanencedesmots.fr / 06 59 73 38 36

5 commentaires sur « L’ÉQUIPE RÉMANENCE, LUCIE RICO »

Laisser un commentaire