Pourquoi écrire en atelier d’écriture créative ?

Pourquoi écrire en atelier d’écriture créative ?

Clothilde Gaillard pour Time Out.

L’écriture, une activité solitaire

Je ne vous livre aucun secret en affirmant que l’écriture est une activité solitaire (même si elle est polyphonique, que plusieurs voix interviennent dans notre esprit… nous subissons diverses influences, nous nous démultiplions peut-être, mais nous sommes « UN » à agir sur nos écrits et à faire les choix de récits, de personnages, etc). finaux. Écrire se réalise dans la solitude. On n’écrit pas « en groupe ». On n’écrit seul avec une ou deux mains (selon notre support et notre dextérité), un cerveau et un corps (n’oublions pas l’investissement corporel dans l’écriture).

Existe-t-il des écritures collectives ?

Oui. Certains dispositifs permettent de créer des textes collectifs. Nous songerons à la contrainte surréaliste du cadavre exquis ou à des contraintes oulipiennes. On obtient des textes collectifs plus ou moins aboutis. William S. Burroughs et Jack Kerouac, célèbres auteurs de la Beat Generation, ont même réalisé l’exploit de co-écrire un livre : Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines. Mais c’est en fait un va-et-vient entre les deux auteurs (d’un chapitre à l’autre), et, si on admire la démarche, le rythme narratif perd rapidement de sa force. Mais, bon, ce n’est pas pour écrire des textes collectifs que l’on vient en atelier d’écriture (même s’il arrive parfois que certains processus d’écriture nous y mènent, ce n’est pas le but chez Rémanence en tout cas).

Alors, pour quelles raisons vient-on écrire en atelier ?

Pour comprendre d’abord, il faut savoir qu’en atelier, on partage plusieurs choses :

  • Un espace de création ;
  • Des énergies, des sensations, des idées ;
  • Des consignes d’écriture (même si chacun les comprend, les interprète, les respecte scrupuleusement, y résiste ou les contourne à sa manière).

Version 5

Et, en partageant, on entre en résonance, on échange et on découvre les singularités de chacun. On n’écrit pas un projet collectif, mais s’imposer un temps d’écriture et des contraintes collectifs entraîne une émulation et déclenche l’imagination. Lorsque l’on lit son texte à haute voix (chez Rémanence, tout le monde lit son texte même s’il est inabouti, ou jugé faible, dans le plaisir, on y glisse facilement !) pour partager, parce que l’autre a la générosité de lire son texte et parce qu’en écoutant l’autre, on découvre un travail stylistique, un point de vue narratif, un procédé technique original et cela éveille les idées.

Être plusieurs (encadrés par un libérateur d’expression), c’est s’imposer une cadence et lâcher un peu prise (c’est en partie ce qui échappe qui fera la force d’un texte). Mais être plusieurs, c’est confronter ses écrits à l’autre, entendre ce qui fonctionne, entendre de l’autre quelles sont les lignes de force et être encouragé à avancer dans l’écriture (améliorer son texte, en écrire un autre). L’écriture n’est plus réservée au cercle restreint de soi et ses voix intérieures. D’autres regards, d’autres oreilles donnent un nouvel éclairage à notre univers littéraire.

Et c’est bien le littéraire qui nous intéresse (nous veillons à y revenir en atelier). Nous ne proposons pas de thérapie psychologique. Les retours sur texte consistent à partager des impressions et identifier les qualités d’un texte ainsi que ce qui peut être gommé ou forcé. Nous observons ensemble le processus intérieur et nous gardons bien d’analyser le cheminement intérieur de l’auteur, activité réservée à l’intime.

En atelier, on échange sur notre rapport à l’écriture, nos influences littéraires ou culturelles. On se donne des conseils, on découvre des auteurs… On fait part aux autres de ses petits rituels d’écriture, ses petites habitudes et ses difficultés, voire ses angoisses.

Un atelier d’écriture, c’est un laboratoire d’expérimentation. On tente des expériences linguistiques et/ou narratives. On ne livre pas nécessairement des textes aboutis (un premier jet dégage bien souvent une force mais des points d’amélioration, de re-travail peuvent toujours être envisagés). On ne cherche pas à réaliser de performance ou à entrer en compétition avec les autres.

Parce que l’on cherche juste à trouver sa voix, sa singularité.

Les séances d’écriture sont encadrées et animées par des professionnels. Leur rôle est de garantir votre bien-être, maintenir la bienveillance et mettre en place les conditions pour vous permettre de faire surgir l’écriture.

En résumé, en atelier on joue sérieusement avec des compagnons d’écriture et on se surprend !

Quand on n’a jamais participé à un atelier d’écriture, le plus difficile, c’est de franchir la porte, mais une fois qu’on y est on est récompensé de son effort et on le doit principalement… à soi-même !

L’équipe d’animateurs d’ateliers d’écriture créative réguliers se compose de :

Laisser un commentaire