L’Équipe Rémanence, Sébastien Souchon

Identité(s)

J’ai reçu une formation artistique aux Beaux-Arts de Bordeaux puis aux Beaux-Arts de Paris, une formation littéraire par le Master de Création Littéraire de Paris 8. J’ai une activité d’éditeur et de commissaire d’exposition par le biais de la maison d’édition indépendante que je co-dirige depuis 2015 : les éditions extensibles, et de l’artist runspace AU LIEU.

Ma formation à Paris 8, au sein de laquelle tout le monde se prête à un exercice régulier de suivi critique, a été déterminante. J’ai pu y constater la valeur du processus sur le long terme. J’ai aussi animé des workshops d’écriture intensive dans le cadre de mon activité d’éditeur, je prends beaucoup de plaisir dans la découverte et l’accompagnement critique des différents travaux personnels de création. 

L'Équipe Rémanence Sébastien

Un atelier d’écriture, qu’est-ce que c’est ?

Je dirais que l’atelier d’écriture est cet espace d’expérimentation, de recherche et d’écoute qui alimente un foisonnement de pistes littéraires partagées. 

Pour commencer, l’atelier d’écriture est ce lieu et moment où l’on est certain d’écrire, ce qui n’est vraiment pas garanti dans le contexte de la vie quotidienne où l’on fait très vite le sacrifice de la création pour des raisons administratives, sociales, familiales, et j’en passe. En cela, l’atelier d’écriture est déjà un contexte privilégié. 

Ensuite, l’atelier d’écriture est un espace collectif. C’est donc un moyen de confronter son écriture, de l’extraire de ses carnets confidentiels et ainsi de lui conférer une existence publique, dans un cercle restreint et de confiance. Cet effort de partage est une première approche de publication. Les écrivants sont alors en mesure de recevoir des retours critiques qui permettent de déployer les sujets et les formes d’écriture qui les animent.

Enfin, l’atelier d’écriture propose certains formats d’écriture intensive, par thèmes, contraintes, réflexions, qui sont autant de prétextes « pour s’y mettre ». Ces procédés permettent d’échapper à l’angoisse de la page blanche d’une part, et, d’autre part, stimulent l’imaginaire et les recherches formalistes qui enrichissent le travail personnel.

Comment développer son potentiel d’écriture ?

Écrire, régulièrement, se relire et se réécrire. 

Des projets artistiques ?

Je fabrique une fiction d’anticipation depuis quelques années. Elle prend corps dans des textes, des nouvelles, desobjets fictionnels, des performances. J’écris actuellement un roman qui devrait être la colonne vertébrale de cette fiction multimédia.

Des conseils de lecture ?

Je ne sais pas qui est en train de lire ces lignes alors il est difficile de savoir quel conseil donner. Pour tous les jeunes écrivains, je recommande la lecture des Lettres à un jeune romancier, de Mario Varga Llosa. C’est un livre que l’on m’a recommandé il y a deux ans et qui est très éclairant.

Des liens entre la littérature et les autres arts ?

Bien entendu, notamment concernant la fiction. Elle peut totalement se révéler transmédia et permettre à la littérature d’embrasser d’autres techniques que l’écriture. L’exposition par exemple, le film, la performance, etc.

Une citation ?

« Dormir c’est se distraire du monde. »

– Jorge Luis Borges, « Funes ou la mémoire », in Fictions

Sébastien anime :

Pour plus d’informations contactez-nous à : info@remanencedesmots.fr

N’hésitez pas à lire les articles sur le reste de l’équipe !

Laisser un commentaire