L’équipe Rémanence, Théo Pucheu

Théo Pucheu est le co-gérant de Rémanence des mots. Il se charge de la direction administrative/commerciale et de la communication. Parce qu’une connaissance approfondie du coeur de métier de la structure est essentielle, Théo anime également des ateliers d’écriture créative auprès des institutionnels et, ponctuellement, pour Rémanence des mots !

Un parcours de formation

Mon parcours de formation est sinueux. Je suis tout d’abord sorti du lycée avec un bac professionnel commerce. Ce bac m’a permis de découvrir le monde du travail et de me réconcilier un peu avec le monde « scolaire ». Par la suite, j’ai tenté un diplôme d’établissement à L’Inalco afin d’acquérir les bases de la langue russe. Puis je me suis orienté vers une licence d’histoire. À la suite de celle-ci, j’ai tenté diverses expériences professionnelles. Pour ce qui touche aux ateliers d’écriture, j’ai d’abord été formé à l’animation par Mathilde, puis je me suis exercé à travers de multiples missions, notamment proposées par le Labo des Histoires depuis 2018.

Les premiers pas de l’animation d’ateliers d’écriture

Ce qui m’a mené aux ateliers d’écriture ce sont les opportunités que le Labo des histoires m’a offertes, c’est-à-dire animer des ateliers auprès d’un public de jeunes enfants et d’adolescents. Je tiens de bons rapports avec la jeunesse et me sens à l’aise en sa compagnie. À force de pratique, je me suis senti de plus en plus sûr de moi pour animer auprès du public adulte. 

La définition de l’atelier d’écriture ?

Définir un atelier d’écriture est mon métier de co-gérant de Rémanence des mots. C’est un exercice maintes fois répété parce que la ligne (éditoriale, éthique et pédagogique) est claire pour nous. Pour moi, un atelier d’écriture est un lieu d’expression ouvert à tous, dans un cadre chaleureux et bienveillant. Il permet de créer, d’une part, une émulation collective, mais aussi, dans cet échange collectif, un lieu où l’on apprend beaucoup sur soi, les autres, et le rapport à l’écriture

Pourquoi les ateliers d’écriture créative ?

L’atelier d’écriture permet d’apprendre des choses sur soi, d’une part en sortant de sa zone de confort, et d’autre part en allant à la rencontre des autres. C’est un lieu d’expression écrite qui permet de désacraliser l’écriture et le côté académique transmis à l’école. Un atelier permet de nourrir son inspiration, de s’exercer à tout les styles et d’accepter les erreurs, les faux départs, les accidents ou les contraintes.

Un conseil d’écriture ?

Développer son potentiel d’écriture dépend de chacun. Je m’explique : Nous entretenons tous un rapport différent à l’écriture. Il commence par l’école où la première notion est d’ordre purement grammatical. Au fil des années, nous apprenons « l’expression écrite », c’est-à-dire développer nos capacités à retranscrire nos idées. Nous avons tous un « niveau » différent (ou stade d’apprentissage). Or, écrire n’est pas une question d’échelle de connaissances ou de compréhension, c’est une question d’envie, nourrie de ses expériences, ses lecture et autres rencontres de la vie. 

Donc, les conseils que je donnerais pour développer son potentiel d’écriture est de ne jamais arrêter d’écrire, mais aussi de nourrir sans cesse son inspiration par la lecture, le cinéma, la musique et les rencontres humaines.

Comment entraînes-tu l’écriture ?

Je n’ai pas de techniques propres à moi-même, mais je considère qu’être bon pédagogue d’atelier d’écriture c’est donner du plaisir à ses participants. Pour cela, je tente de concevoir une trame d’écriture ludique où chacun peut trouver son compte. Je commence par imprégner les participants de l’univers de ma trame et après je laisse libre cours à leur imagination. 

Des créations en cours ?

Des créations ou projets j’en ai beaucoup, mais le plus important est celui dans lequel j’arrive vraiment à avancer. Je parlerais donc de mon recueil de chroniques qui tourne autour de rencontres et conversations de bar. C’est un lieu pour lequel j’ai beaucoup d’affection, mais surtout, un lieu qui déborde de fictions, d’histoires en tout genre, de personnages fascinants et d’expériences impromptues.

Des conseils de lecture ?

Je viens de finir L’idiot de Dostoïeski. Mais, sans forcément parler de ce roman ou de cet auteur, c’est la littérature russe dans son ensemble que je recommanderais. C’est un esprit et un univers à la fois très différents du nôtre, et extrêmement imprégné de culture française. Les auteurs de génie sont nombreux, autant pour les romans que les nouvelles. C’est une littérature riche, aux multiples univers où l’âme russe reste un sujet essentiel et même, souvent, central. 

Des liens entre la littérature et les autres arts ?

Je répondrais à cette question en en posant une autre : Comment ne pas voir de lien entre la littérature et les arts ?  Pour y répondre je reprendrais cette citation d’Orson Welles : 

« Je suis metteur en scène de théâtre, décorateur, peintre romancier, illusionniste, comédien, réalisateur de films : je m’étonne d’être venu si nombreux. »

Orson Welles, réalisateur américain

À sa manière, Orson nous montre le lien indélébile qui unit tous les arts.

Pour participer à un atelier d’écriture animé par Théo :
 ► Lundi 3 juin (19 h à 21 h ) – Fictions & Variations « Le noeud du récit »
 ► Mardi 10 juillet (19 h à 21 h ) – Cycle intensif 1/2 « Exploration : Partir de matière documentaire »

 Pour découvrir le reste de l’équipe cliquez sur le lien.

 


Un commentaire sur « L’équipe Rémanence, Théo Pucheu »

  1. Merci Théo pour ta transparence. Pour ma part, je fus vraiment satisfaite de ton atelier dont la thématique était entre autre Chernobyl. Bonne continuation à toi et à bientôt

Laisser un commentaire