Vaugirard

Vaugirard, comme à chaque fois qu’il manque d’inspiration pour ses toiles, monte dans le grenier de la maison. C’est un 3 janvier. La famille se remet à peine des agapes de la Saint Sylvestre et il faut encore tout ranger. Chacun est soulagé de voir l’artiste s’éclipser, lui qui ne peut essuyer un couteau ou ranger une assiette sans disserter des heures sur la condition des objets inanimés.

Voilà donc notre Vaugirard peinard au milieu des toiles d’araignées, lui aussi soulagé de ne plus être de corvée. Il fouille dans les vieilles malles et tombe alors sur un manuel intitulé : « Guide de survie en milieu social hostile. Ou comment rallier les agitateurs de causes inexistantes mais pour le moins essentielles ».

Un tel titre ne peut que le pousser à s’asseoir en tailleur pour entamer l’ouvrage. Vaugirard a, en effet, pris une bonne résolution pour cette nouvelle année : suivre toutes ses intuitions, sans déroger à une seule. Sa famille lui a répondu : « On croyait que c’était déjà le cas » avec une mine contrite.

Mais ne nous égarons pas. Quelques heures plus tard, Vaugirard descend du grenier à la cave d’un pas décidé. Le manuel lui indique qu’un réseau sous-terrain de communication secrète existe dans le tout Paris. Certains êtres (qu’il trouve doués d’un certain sens poétique, ont, semble-t-il, gardé en activité le réseau de pneumatiques qui existait il y a fort longtemps pour le détourner vers des maisons qui servent de repaires aux « agitateurs de causes inexistantes mais pour le moins essentielles ».

Vaugirard fouille dans la cave, pousse cartons et bouteilles et découvre avec entrain une porte qui semble ne donner sur rien. Il inspire profondément, pris d’une angoisse : le mécanisme marche-t-il encore ? qui dans cette maison d’objectiveurs avait pu l’entretenir ? Il se dit alors que le seul moyen de savoir est d’essayer.

Il ouvre la porte, nullement surpris de retrouver des tubes et des manettes disposées exactement selon le plan qu’il a sous les yeux, dans le manuel. Mais quel message envoyer ? et à qui ?

Il arrache une page blanche de son carnet de dessinateur, enfourche son critérium entre ses doigts et écrit lisiblement, ce qui lui demande un grand effort :

« Nouvel agitateur de causes inexistantes mais pour le moins essentielles recherche un guide pour lui faire découvrir sa patrie encore inexplorée ».

Il roule le papier, le met dans une capsule, choisit un tube au hasard car les étiquettes de destination sont effacées, et actionne la manette placée au-dessus. Il entend un bruit de pression et voit l’objet partir à une vitesse impressionnante.

A sa joie répond le cri de sa mère : « Mais qui a touché à la pression du gaz ?! Comment voulez-vous que je fasse du café pour tout le monde si on sabote le matériel ! ». Il en sait pas encore pourquoi, mais il est heureux.

Réécrit par Anna :

Vaugirard, comme à chaque fois qu’il manque d’inspiration, monte dans le grenier pour échapper aux corvées. Il a pourtant peur des araignées, mais il faut vraiment qu’il s’isole.

Il fouille d’un doigt dans les vieilles malles et tombe sur un manuel intitulé « Guide de survie en milieu social hostile. »

  • Ah, bonne nouvelle, je vais enfin apprendre comment supporter ma famille, songe-t-il.

Et puis il distingue un sous-titre obscur : « Ou comment rallier les agitateurs de causes inexistantes mais pour le moins essentielles »

  • Ouh là là, qu’est-ce que c’est que ce charabia.

Pas question qu’il se farcisse ce pavé au titre bizarre : il a pris une bonne résolution cette année : ne rien s’imposer. Sa famille lui a répondu : « On croyait que c’était déjà le cas » avec une mine contrite.

Mais ne nous égarons pas. Au moment où Vaugirard va refermer le guide au titre farfelu, il remarque une carte postale glissée entre deux pages : au dos on lit « Nouvel agitateur de causes inexistantes mais pour le moins essentielles recherche un guide pour lui faire découvrir sa patrie encore inexplorée ». Signé : Martine.

Martine ? Eh bien, Maman, elle a bien changé.

Par Géraldine B. et Anna en atelier à la carte du mardi

Laisser un commentaire